Le violoncelle poilu

ÉLODIE FONDACCI, conteuse
VIOLONCELLE / HARPE

 

Lorsque la guerre éclate, en août 1914, Maurice est déjà un célèbre violoncelliste qui joue dans les plus grandes salles d’Europe. Son histoire, c’est son violoncelle (et meilleur ami) qui nous la raconte. Le métier de brancardier, la boue des tranchées, les obus qui fusent... et qui, un beau jour, explosent sur le violoncelle ! 

Il ne reste alors de l’instrument que des morceaux éparpillés, mais son âme - cette petite pièce de bois qui lui donne toute sa sonorité - est intacte. Maurice parvient à la conserver, et lui fabrique un nouveau corps, fait de bric et de broc. C’est ainsi que naît la légende du Poilu, le violoncelle des tranchées

UNE HISTOIRE (PRESQUE) VRAIE

L’Ensemble Calliopée et Élodie Fondacci - passionnée des « histoires en musique » qu’elle raconte pendant des années sur Radio Classique - s'associent pour créer un conte musical d’après la nouvelle d’Hervé Mestron, Le Violoncelle poilu (Éditions Syros, 2012).

Une nouvelle imaginée d'après la vie extraordinaire du grand violoncelliste Maurice Maréchal (1892-1964), qui se fit construire sur le front un violoncelle dans des caisses de munitions allemande ! Cet instrument, surnommé "Le Poilu", est aujourd'hui visible au Musée de la Musique (Philharmonie de Paris). Grâce à lui, Maurice Maréchal a pu utiliser ses talents des musiciens pendant la guerre, notamment aux côtés d'André Caplet et Lucien Durosoir, et lui permit de survivre pendant ce terrible conflit...


CANEVAS MUSICAL

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Douze Variations d’après « Ein Mädchen oder Weibchen » (Mozart, Die Zauberflöte) (extraits)

« La guerre éclate... » 

Franz Schubert (1797-1828)
Sonate pour Arpeggione et piano, I. Allegro ma non troppo (arr. pour violoncelle et harpe) 

« J’ai honte d’être inutile à la guerre et à la musique... »

Marius Flothuis (1914-2001)
Pour le tombeau d’Orphée, danse élégiaque pour harpe seule (extraits)

« Une lumière jaillit de ce trou noir... » 

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour violoncelle et piano n°3 Op. 69, I. Allegro ma non tanto (arr. pour violoncelle et harpe) 

« Tu rejoues encore, oubliant l’ombre des morts qui nous entoure... »

Granville Bantock (1868-1946) 
Hamabdil, pour violoncelle et harpe

« Un blessé a demandé à Maurice de jouer pour lui, c’est sa dernière volonté... »

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Suite pour violoncelle seul n°1, I. Prélude 

« Je suis en miette, j’ai éclaté en mille morceaux ! »

Philippe Hersant (né en 1948) 
Choral (2004) (extraits)

« Avant de m’abandonner, tu as glissé mon âme dans ta poche... »

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sept Variations d’après « Bei Männern welche Liebe fühlen » (Mozart, Die Zauberflöte) (extrait) 

« Moi qui ai l’âge d’avoir connu Vivaldi, tu veux me reconstruire avec du matériel de fortune ! »

Edward Elgar (1857-1934) 
Salut d’amour (arr. pour violoncelle et harpe)

« Désormais, on m’appelle Le Poilu et je suis de toutes les fêtes ! » 

Claude Debussy (1862-1918)
Beau soir (arr. pour violoncelle et harpe) 

« Maurice a décidé de ne plus se relever. Les hommes sont fous... » 

Gabriel Fauré (1845-1924)
Après un rêve (arr. pour violoncelle et harpe)

 

durée : 50 minutes

 


avec
Élodie Fondacci, conteuse
Florent Audibert ou Diana Ligeti, violoncelle
Sandrine Chatron, harpe