RÉSIDENCE ARTISTIQUE À LA FONDATION DES ÉTATS-UNIS

L’Ensemble Calliopée est en résidence artistique à la Fondation des États-Unis depuis 2017 sous le signe de la transmission et du lien entre la France et les États-Unis. Un partenariat avec la Mairie de Paris a soutenu trois éditions du projet États-Unis, Terre d’accueilL’Ambassade des États-Unis d’Amérique en France a soutenu en 2020-2021 le projet Regards croisés – Paris/New-York présenté en version audiovisuelle. En 2021-2022 est proposé un projet autour de la création d’aujourd’hui, Regards croisés/interprètes compositeurs.trices avec les résidents boursier.e.s de la FEU.

En 2017, l’Ensemble Calliopée et la Fondation des États-Unis ont décidé de s’associer pour mettre en valeur de manière originale le patrimoine commun, matériel et immatériel, né des échanges entre l’Europe et les États-Unis, en développant un ancrage territorial parisien permettant de fédérer un public diversifié.

Avec pour axe principal la transmission, cette résidence artistique est l’occasion d’un travail de fond sur la thématique des États-Unis, Terre d’accueil, et inclut un échange intergénérationnel entre les étudiants musiciens boursiers Harriet Hale Woolley de la FEU et les musiciens de l’Ensemble Calliopée dans un esprit de partage cher à ceux-ci, qui se met en œuvre sous forme de répétitions, de concerts partagés, de séances musicales en actions culturelles et de master classes ouvertes au public. Le projet a également été proposé dans le cadre de la 17e édition des Rencontres musicales de Saint-Cézaire-sur-Siagne 2018, l’Académie-Festival de l’Ensemble Calliopée.

Les programmes musicaux sont conçus et présentés au public par Karine Lethiec et prennent des formes très variées avec une contextualisation historique des œuvres musicales dans le but de mieux comprendre et de s’approprier le répertoire musical interprété autant que l’histoire liée à leur création, dans une démarche de démocratisation de la musique et de l’histoire.

2022

La Fondation des États-Unis et l’Ensemble Calliopée présentent

AUTOUR DE LA CRÉATION MUSICALE D’AUJOURD’HUI
Regards croisés : compositeurs.trices et interprètes

Avec Carol Robinson, compositrice et clarinettiste franco-américaine, ancienne de la FEU, Karine Lethiec, altiste et directrice artistique de l’Ensemble Calliopée, Diana Ligeti, violoncelliste et directrice artistique des Écoles d’Art Américaines de Fontainebleau, 

Concert jeudi 21 avril 2022 à 19h30 – Entrée libre sur réservation
Avec deux séances-ateliers préparatoires les 27 janvier et 24 mars

Le principe du projet « Regards croisés – compositeurs.trices et interprètes » est une rencontre entre les compositeurs.trices américains résidents boursiers à la FEU et trois musiciennes professionnelles, dans un esprit de partage et d’échange intergénérationels et interculturels.

D’un côté, l’expérience professionnelle de la création à l’international des trois artistes permet d’offrir un savoir-faire précieux dans la réalisation des œuvres de musique de chambre des jeunes créateurs, de la phase d’écriture jusqu’à l’élaboration des pièces musicales.

De l’autre, le projet a la particularité de « jouer ensemble » dans des œuvres musicales partagées, mêlant interprètes et créateurs.trices, et offre ainsi la possibilité de répondre en direct à toutes les questions sur les parties instrumentales, en travaillant sur les spécificités inhérentes à l’écriture d’un geste, ce paramètre particulier à la création, ce lien entre imaginaire et réalisation instrumentale, entre pensée et signe sur la partition.

En mettant en lumière l’originalité de la démarche des compositeurs et compositrices boursier.e.s et interprètes américain.e.s, ce projet participe au creuset de créativité qu’est la FEU et à la démarche de transmission et d’engagement pour la création d’aujourd’hui de l’Ensemble Calliopée, permettant la rencontre entre les différentes générations d’artistes venus d’horizons très variés qui mettent toute leur énergie dans la réalisation d’un projet artistique commun. 

Le programme musical :

Claude Debussy, Sonate pour flûte, alto et harpe 
Simon FrischDialogue pour flûte, alto et harpe en regard de la Sonate de Claude Debussy
Carol Robinson, Air de l’épouse, Mélodie de l’épouse pour soprano et violoncelle 
Sarah Grace Graves, 
Howl alive pour voix et clarinette basse
Thomas Gurin, 
Rythmes verticaux pour quatuor à cordes
Dhyani Heath, Suite pour 2 violons et alto
Sergio Herrera, Quatuor à cordes 
Aron FrankAu bois dormant pour voix et piano d’après un poème de Paul Valéry

Les interprètes :

Solange Adamson, voix
Sarah Grace Graves,
voix
Tomaz Tavares Paes,
flûte
Carol Robinson,
clarinette basse
Dhyani Heath
, violon
Susila Heath, violon
Aron Frank, violon et piano
Karine Lethiec, alto 
Diana Ligeti, violoncelle
Marcel Cara, harpe

EN SAVOIR PLUS

L’Ensemble Calliopée et la Fondation des États-Unis (FEU) partagent un intérêt commun pour la relation entre le patrimoine artistique et son contexte historique, en particulier, le début du XXe siècle, traversé par des bouleversements de tous ordres, et riche de nombreuses révolutions culturelles et artistiques. En effet, la FEU, construite en 1929, est l’une des premières résidences du campus créé par André Honnorat, Ministre de l’Instruction Publique après la Première Guerre mondiale, pour accueillir des étudiants étrangers, et favoriser ainsi les échanges culturels et surtout la promotion de la paix entre les peuples. Patrimoine parisien d’une grande valeur artistique et très dynamique culturellement, la FEU, avec son Grand Salon de style Art Déco, offre pour la musique un lieu idéal qui mérite d’être encore mieux connu. Ses fresques, peintes par le franco-américain Robert La Montagne Saint-Hubert, sont classées aux Monuments historiques.

Par ailleurs, l’Ensemble Calliopée a développé une expertise dans la valorisation des patrimoines culturels à travers des programmes musicaux mettant en lumière les liens entre l’Histoire et la Musique, comme par exemple la musique au temps de la Première Guerre mondiale dans le cadre de son partenariat avec le Musée de la Grande Guerre de Meaux, ou encore le nouveau projet de Centre culturel Wanda Landowska dans le Val-d’Oise pour faire revivre l’Auditorium que la claveciniste avait fait construire en 1927 par l’architecte Jean-Charles Moreux pour devenir son Temple de la musique. L’Ensemble Calliopée élabore également dans cet esprit de transversalité des programmes musicaux en lien avec des expositions de grands musées nationaux, telles que Chagall, Dada Africa, Kandinsky/Monet, Degas Danse Dessin… mettant en lien les Arts, la Musique et l’Histoire.

L’Ensemble Calliopée et la Fondation des États-Unis ont donc décidé de s’associer pour mettre en valeur de manière originale le patrimoine commun, matériel et immatériel, né des échanges entre l’Europe et les États-Unis, en développant un ancrage territorial parisien permettant de fédérer un public parisien diversifié, et de sensibiliser de manière interactive et suivie le jeune public et les personnes hospitalisées. 

Depuis 2017, ils s’associent et proposent une programmation qui met en valeur cette terre d’accueil qu’ont été les États-Unis depuis leur création pour les exilés européens. Cette rencontre de l’altérité, comme le creuset d’une variété de formes et d’esthétiques musicales, illustre les influences réciproques et les échanges culturels entre le Vieux continent et le Nouveau Monde. Ce projet se réalise sous la forme d’une résidence de l’Ensemble Calliopée à la Fondation des États-Unis, soutenue par la Ville de Paris, avec la création de programmes musicaux conçus pour raconter l’histoire de différentes figures artistiques ayant émigré aux États-Unis, à travers leurs chefs-d’œuvre reflétant leur vie d’artistes meurtris dans leur âme, dans leur liberté, la douleur de l’exil et tout à la fois, l’espoir d’une vie nouvelle et leurs nouvelles rencontres créatrices.

Avec pour axe principal la transmission, cette résidence est l’occasion d’un travail de fond sur cette thématique, auprès d’un public large et diversifié et inclut un échange intergénérationnel entre les étudiants résidents musiciens boursiers Harriet Hale Wooley de la FEU et les musiciens de l’Ensemble Calliopée dans un esprit de partage cher à ceux-ci. Les programmes sont conçus et présentés au public par Karine Lethiec, altiste et directrice artistique de l’Ensemble Calliopée, et prennent des formes très variées avec une contextualisation historique des œuvres musicales dans le but de mieux comprendre et de s’approprier le répertoire musical interprété autant que l’histoire liée à leur création, dans une démarche de démocratisation de la musique et de l’Histoire.


© Fondation des États-Unis
© Ensemble Calliopée

 
X