PROGRAMMES DE CONCERTS

 

CLOTILDE COURAU, récitante ou voix off

2 VIOLONS / ALTO / VIOLONCELLE
PIANO

 

Dans le Paris de la Belle Époque, Isadora Duncan révolutionne la danse, déchire corsets, tutus et chaussons pour danser presque nue ! Pionnière de la danse moderne, fascinée par la Grèce antique, elle cherche en elle sa propre musicalité, son rythme intérieur, en brisant tous les carcans.

Grande mélomane, Isadora Duncan cassait notamment les codes de la danse classique par le choix des oeuvres qui inspiraient ses chorégraphies. Elle fut la première à oser sortir de la musique de ballet et danser sur des oeuvres du « grand répertoire » telles que les Préludes pour piano de Chopin, les opéras de Wagner et les symphonies de Beethoven. Pour elle, « la musique est son, le son est vibration, la vibration est mouvement, et le mouvement est le médium et la racine de la danse ».

À l’occasion des 140 ans de la naissance de la danseuse et des 90 ans de sa disparition, la musicienne et directrice artistique Karine Lethiec, la chorégraphe et spécialiste d’Isadora Duncan Elisabeth Schwartz ainsi que le réalisateur Christian Boustani ont conçu ce concert avec récitante et projection vidéo comme un journal intime musical, littéraire et visuel. Porté par l’Ensemble Calliopée en formation de quintette avec piano, la voix de la comédienne Clotilde Courau et la création vidéo de Christian Boustani, il retrace l’art et la vie romanesque de cette femme fière de sa liberté, muse des plus grands artistes de son temps.

Ainsi, le premier quatuor avec piano de Gabriel Fauré évoque par exemple ses « premiers pas » dans les salons parisiens ; les oeuvres des compositrices Mel Bonis et Betsy Jolas ses amours passionnées de femme libre et émancipée ; l’Étude op.12 n°8 de Scriabine son attachement à la Russie durant la révolution ; ou encore le quatuor « La Jeune fille et la mort » de Schubert pour la perte tragique de ses enfants… 

Des dessins de la danseuse – signés Antoine Bourdelle, Jules Grandjouan et José Clara – sont animés grâce à la technique de la rotoscopie à partir de danses d’Isadora Duncan interprétées par Elisabeth Schwartz. La vidéo projetée sur grand écran, qui mêle photographies, dessins et documents d’époque, permet ainsi au public de s’immerger dans ce journal intime et dans les folles années du début du XXe siècle.

 


CANEVAS

 

INVERSER LA ROUE DU TEMPS

Christoph Willibald Gluck (1714-1787) : Orphée et Eurydice, Danse des ombres heureuses (arr. pour violon et piano)

SAN FRANSISCO : MON ENFANCE

Frédéric Chopin (1810-1849) : Valse pour piano op. 70 n°1

NEW YORK ET LONDRES / MES DÉBUTS

Antonin Dvořák (1841-1904) : Quintette avec piano n°2 en la majeur, III. Scherzo (Furiant)

PARIS : LES SALONS ET LES ARTISTES

Claude Debussy (1862-1918) : Images pour piano Livre I, Reflets dans l’eau

Gabriel Fauré (1845-1924) : Quatuor avec piano n°1 en ut mineur, IV. Finale

Frédéric Chopin (1810-1849) : Concerto pour piano n° 2, I. Maestoso (arr. pour piano et cordes Paul Waldersee)

TOURNÉES ET VOYAGES

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonie n°3 « Héroïque », I. Allegro con brio (arr. pour quatuor avec piano Ferdinand Ries)

Richard Wagner (1813-1883) : Tristan et Isolde, Liebestod (arr. pour trio avec piano Alfred Pringsheim)

Claude Debussy (1862-1918) : Épigraphes antiques pour piano, Pour invoquer Pan, Dieu du vent d’été 

TRANSMETTRE MON ART

Johannes Brahms (1833-1897) : Valse pour piano à 4 mains op. 39 n°15 en la majeur

Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate « Frei, aber einsam », III. Scherzo (arr. pour alto et piano de Karl Stierhof)

MES AMOURS, MA LIBERTÉ

Mel Bonis (1858-1937) : Quatuor avec piano n°1 en si bémol majeur, III. Andante 

Betsy Jolas (1926) : Frauenliebe pour alto et piano

SOUFFRANCES

Franz Schubert (1797-1828) : Quatuor à cordes n°14 « La jeune fille et la mort », II. Andante con moto

César Franck (1822-1890) : Quintette pour piano et cordes, II. Lento con molto sentimento

LA RUSSIE

Alexandre Scriabine (1872-1915) : Étude pour piano op. 2 n°1

L’ESPOIR

Robert Schumann (1810-1856) : Quatuor avec piano op. 47, III. Andante Cantabile

 


conçu par Karine Lethiec, direction artistique / Elisabeth Schwartz, chorégraphe, interprète et spécialiste d’Isadora Duncan / Christian Boustani, réalisateur

avec
Clotilde Courau, récitante ou voix off
Maud Lovett et Christophe Giovaninetti, violons / Karine Lethiec, alto et direction artistique / Diana Ligeti, violoncelle / Frédéric Lagarde, piano
Christian Boustani, création vidéo / Mina Perrichon, animation rotoscopie / Geneviève Boustani, graphisme