Soirée romantique à deux altos

Ce programme est articulé autour de trois chefs-d’œuvre pour quintette à cordes à deux altos de l’ère romantique dont les sonorités sont si chères à l’Ensemble.

L’Ensemble Calliopée aime rendre aux compositeurs romantiques l’affection toute particulière que ces derniers ont portée aux formations de musique chambre les plus riches et sensibles.

Le tchèque Anton Dvořák compose son Quintette à cordes n° 3 lors d’un séjour riche en inspiration aux États-Unis, dans la lignée de deux de ces œuvres majeures : le Quatuor à cordes op. 96 Américain et la Symphonie n° 9 du Nouveau monde. Il s’inspire de mélodies populaires, autant américaines que bohémiennes, emportées et aériennes.
Le Quintette à cordes n° 2 de Brahms est l’avant-dernière œuvre qu’il ait écrite. Elle exprime une maturité saisissante. Le quintette est ambitieux, tortueux, mais très concis et maîtrisé.
Le Quintette pour cordes n°2 de Mendelssohn date aussi de la toute fin de la vie de son compositeur. Il présente plusieurs audaces inhabituelles dans la plupart de ses œuvres qui aboutissent à un rendu sonore plus rugueux et haletant. Dans le même temps, le goût du chant est exprimé ici dans d’exquises lignes mélodiques confiées au premier violon.

La présence exceptionnelle des deux altos apporte une chaleur et une densité propices aux élans romantiques.


Programme musicale : 

Felix Mendelssohn, Quintette pour cordes n°2 op. 87
Johannes Brahms, Quintette à cordes n°2 op. 111
Antonìn Dvořák, Quintette pour cordes n°3 op. 97

X